Podcast Une vie de Yogi #4 – Les pensées et émotions négatives

Bonjour a tous, vous écoutez une vie de Yogi, un podcast de Yogi Lab. Je m’appelle Tiphaine et je suis votre professeure de yoga sur le site www.yogilab.fr. Je vous présente l’épisode numéro 4, nous allons parler de pensées et d’émotions négatives. 

Je suis super contente de vous retrouver aujourd’hui. J’espère que vous allez bien. Ici, c’est un été productif. Nous sommes fin juillet, il fait super chaud mais le studio est très frais naturellement, sans clim, heureusement ! J’ai filmé ce matin 2 cours que j’adore, pour apprendre à gérer les émotions et les pensées négatives. Sur le site, yogilab.fr on a sorti ce jour même les vidéos avec Yasmine sur la confiance en soi, j’en suis super fière.

 

En filmant l’intro de mes cours j’ai noté que j’avais énormément de choses à vous dire, donc j’ai décidé qu’un podcast serait plus approprié. Et nous y voilà ! 

 

Pensées et émotions négatives donc. Je ne sais pas si je vous ai déjà parlé de mon mentor, Farida, professeure de yoga à Londres, elle m’a tout appris. Notamment, à la fin de ses cours elle disait parfois que nous avons le choix de penser ce que nous voulons et que nous pouvons ne pas être à la merci de nos pensées. Elle expliquait qu’on ne peut pas tout contrôler, dans notre quotidien, et qu’il y a une chose sur laquelle nous pouvons travailler, c’est sur nos pensées, parce que nos pensées sont à l’origine de nos émotions. 

 

J’ai mis énormément de temps à assimiler ce qu’elle disait, au départ je l’ai rejeté comme étant du bla bla yogi, un peu trop hippie pour moi. Et finalement ca fait sens. Si vous aussi quand vous avez entendu tout ça vous avez pensé comme moi, que c’est du bla bla yogi, j’espère que ces explications pourront vous aider.

 

Je voudrais partir avec vous d’un concept simple, pour que l’on se familiarise ensemble avec tout ça parce que c’est vrai que ca fait 1 an que je filme mes cours et je vous parle souvent de pensées, d’émotions et d’observations.

 

Pensées

 

Alors, on va partir ensemble du principe que nos pensées, ce sont les choses que l’on se dit, dans notre tête. Ca peut concerner les autres, ca peut concerner nous mêmes ou alors des faits extérieurs comme la météo. Je vous avais donné cet exemple dans l’épisode précédent sur l’acceptation.

 

Par exemple : il fait beau c’est chouette, ou il pleut c’est vraiment nul, ce sont des pensées. Autres exemples : elle est très mince j’aimerais bien faire plus attention a ce que je mange comme elle, ou il est vraiment gras il devrait aller à la salle de sport… ce sont des pensées. Encore, je suis vraiment pas musclée il faut que je m’entraîne plus, je suis trop musclée c’est pas féminin il faut que j’arrête …

 

Il y a une chose en commun dans tous ces exemples de pensée, je ne sais pas si vous l’aurez remarqué : il y a du jugement. Souvent nos pensées sont associées à un jugement que l’on porte, sur les autres, sur soi ou sur les faits.

 

C’est comme cela qu’on distingue ce qu’est une pensée et ce qui n’est pas une pensée. Par exemple : “il fait beau c’est chouette” – pensée – “le soleil brille le ciel n’a pas de nuages” c’est un fait. En droit on aime bien les faits… pour celles et ceux qui arrivent ici, j’étais juriste avant, alors j’aime bien faire la distinction et créer des catégories pour clarifier la pensée. J’espère que vous ne m’en voudrez pas d’être parfois un peu académique.

 

Emotions

 

Ensuite, nous avons aussi les émotions. Les émotions, ce sont des choses que l’on ressent, c’est plus subtil qu’une pensée puisque dans la pensée il y a déjà les mots. Dans le ressenti, dans les émotions, les mots sont moins faciles à trouver et si notre fameuse intelligence émotionnelle donc je vous parlais précédemment n’est pas encore développée, on va s’arrêter à “je suis triste”, “je suis content.e”, “je suis en colère”. Souvenez vous de l’arc en ciel d’émotions. Il y en a plein. 

 

Ces émotions viennent d’une chose : de nos pensées. Et la, première opposition, je vous ai entendu.es : non parfois mes émotions viennent des autres, ou des faits. 

 

Alors, accrochez vous avec moi. Si je me permet de vous dire ce qui va suivre, c’est parce que moi aussi, j’ai immédiatement senti cette opposition, immédiatement je me suis dit : non parfois mes émotions viennent de ce que les autres font ou de ce qui se passe autour de moi.

 

Hé puis j’ai lu 4 livres qui m’ont ouvert les yeux et qui m’ont mis une gentille claque. Je vous les liste et on en reparlera dans des épisodes, si ça vous intéresse que je vous fasse une petite revue littéraire alors faites le moi savoir en commentaire et je préparerai ça !

 

Fermons la parenthèse et revenons à nos émotions. 

 

4 livres, les voici vous retrouverez les références sur le blog www.yogilab.fr/blog

  • les 4 accords toltèques, Miguel Ruiz
  • 3 amis en quête de sagesse, Christophe André, Matthieu Ricard, Alexandre Jollien
  • le pouvoir du moment présent, Eckhart Tolle
  • la puissance de la joie, Frédéric Lenoir

 

Je répète : Nos émotions sont le produit d’une chose et d’une seule – nos pensées. RIEN D’AUTRE !

 

Je ne sais pas si ca vous fait l’effet que ca m’a fait ou pas… mais pour moi ca a été révélateur et libérateur. Et le meilleur moyen de s’en apercevoir, le meilleur moyen de comprendre ce concept ce n’est pas juste d’écouter pendant que je vous l’explique. C’est en partie cela, mais c’est aussi la pratique. Et pour ma part c’est avec la pratique du yoga que j’ai compris comment ça fonctionnait et comment mettre cela en pratique. 

 

Encore une fois parce que j’adore cette phrase, vraiment : Nos émotions sont le produit d’une chose et d’une seule – nos pensées.

 

Nos pensées, nos émotions et notre volonté

 

Cette idée est magique, elle remet les rênes entre nos mains. Le pouvoir est entre nos mains et à partir de là on peut créer l’expérience que l’on veut. Comment ?

 

Puisque nos pensées viennent influer sur nos émotions, et puisque nos pensées sont volontaires et que nous avons notre mot à dire sur ce qui se passe sur notre cerveau, nous pouvons tout simplement choisir nos pensées.

 

C’est difficile, parce que si vous êtes comme moi, vous avez cru pendant toute votre vie que vous ne choisissez pas vos pensées. Automatiquement nos pensées vont etre assez négatives, c’est Rémi qui me l’a appris dans son article sur le zen et sur les mécanismes de pensée. Notre cerveau a évolué ainsi pour nous aider à survivre. Partant de là, il nous revient de faire les choses nécessaire pour que notre cerveau aille plus facilement vers le positif. Et comme ce n’est pas naturel pour nous, cela va demander un peu de travail, mais c’est possible. 

 

Nos pensées étant volontaires nous allons pouvoir choisir de ne pas les avoir. Certains d’entre nous se complaisent dans la noirceur, dans le négatif. Pourquoi ? Parce que c’est familier et c’est rassurant. Par contre, s’ouvrir pleinement, c’est s’exposer, et ça, on n’est pas toujours prêts à le faire.

 

Donc au lieu de se dire : “il pleut ma journée est gâchée j’avais prévu ca, ca, et ca, je ne vais pas pouvoir le faire”, on peut CHOISIR de penser “il pleut, c’est peut être l’occasion de faire ceci ou cela”. 

 

Si on est dans l’option 1 : “il pleut ma journée est gâchée j’avais prévu ca, ca, et ca, je ne vais pas pouvoir le faire” – l’émotion que l’on ressentira sera de la frustration ou de la tristesse ou de la colère ou quelque chose de similaire. 

 

Si on est dans l’option 2 : “il pleut, c’est peut être l’occasion de faire ceci ou cela” comme pensée – l’émotion que l’on ressentira sera peut être de l’excitation, de la joie, de l’impatience -en positif-, de la créativité/de l’inspiration, de la motivation. 

 

Est-ce que vous êtes d’accord pour dire que c’est quand même plus sympa dans l’option 2 ? J’ai pris un exemple tout simple comme pour l’épisode sur l’acceptation mais je pense que vous comprenez, et surtout cela peut s’appliquer partout. 

 

Est-ce que, maintenant, vous voyez que vos émotions ne sont contrôlées que par 1 seule chose : vos pensées ? Par les faits, pas les autres : vos pensées. Les pensées que VOUS générez face aux faits, face aux actions des autres sont les pensées qui déterminent vos émotions. Rien d’autre. C’est génial, parce que c’est libérateur. Cela signifie que rien ni personne ne peut décider à notre place. C’est génial non ?

 

Maintenant que vous le savez, ou que, je l’espère, l’idée est plus claire, maintenant c’est le moment de travailler dessus. Pas facile de l’assimiler et de travailler dessus, je ne vais pas vous mentir, parce qu’on va à l’encontre de tout ce que l’on a l’habitude de faire… Et comme le cerveau n’aime pas le changement, il y a de la résistance et il est beaucoup plus facile pour nous de rester dans ce qu’on fait déjà : les pensées négatives, que dans ce qu’on n’a pas encore testé : la pensée positive volontaire.

 

J’espère que vous avez aimé ce podcast, qu’il vous inspiré.es et qu’il vous a donné envie d’en savoir plus sur les possibilités qu’offrent votre cerveau et la pensée volontaire… J’ai adoré partager ces thèmes avec vous, parce que, pour moi, ils ont été une belle révélation. Ça fait plusieurs années que je partage avec vous ces notions par petites bribes sur instagram et il était temps que je m’adresse à vous plus longuement par ici. 

 

Si vous avez aimé le podcast et si vous avez envie de mettre en pratique la pensée volontaire, mais aussi si vous avez envie d’apprendre à gérer les émotions, je vous conseille les cours sur les pensées toxiques et sur les émotions négatives, vous les retrouverez sur www.yogilab.fr/cours-yoga-en-ligne ou sur l’onglet “cours de yoga” – “tous les cours disponibles”

 

Merci d’avoir partagé ce moment avec moi, je vous dis à très vite pour un prochain épisode 😉 Prenez soin de vous.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *