Comment créer une nouvelle habitude de zéro

Si certaines habitudes s’ancrent parfaitement dans notre quotidien, d’autres ne veulent tout simplement pas tenir plus de trois jours. Une issue que l’on pourrait croire jouée à pile ou face si certaines d’entre-elles n’étaient pas toujours du même côté.

Et oui ! Rares sont ceux.celles qui peinent à se mettre à manger un paquet de gâteaux en rentrant du travail…

Il y a donc quelque chose. Quelque chose d’invisible qui fait qu’une habitude va prendre ou justement, qu’elle n’aura aucune chance de tenir dans la durée. Et heureusement, nous en savons désormais assez sur nos comportements pour décrypter ce phénomène.

Tout est une question de méthode ! Les habitudes, ça n’a rien de compliqué tant que l’on utilise les bons outils. Enfoncer une pointe dans un morceau de bois tendre, c’est un jeu d’enfant avec un marteau, mais ça l’est nettement moins avec une clé Allen. Vous voyez l’idée ?

Ainsi, on peut insérer de nouveaux automatismes, des automatismes sains que l’on choisit, et pousser ses mauvais réflexes vers la sortie.

Et aujourd’hui, nous allons nous pencher sur la première option : comment créer une habitude en partant de zéro. L’idéal pour alimenter sa routine du matin par exemple, et faire de ce moment privilégié une prise d’élan formidable pour le reste de la journée !

La morning routine, le temple des grands résultats

Ce moment de la journée est idéal pour placer de nombreuses bonnes habitudes. Les résultats à court, moyen et long-terme sont tout bonnement bluffants ! Pas étonnant que le miracle morning soit aussi apprécié par celles et ceux qui veulent dynamiser leur quotidien.

Concrètement, l’idée, c’est de planter une petite graine et de l’arroser un tout petit peu chaque jour. Inutile de déverser un sceau d’eau, vous allez la noyer. Une petite lichée est bien plus adaptée et votre graine poussera jusqu’à sa plus belle floraison.

Pour qu’une habitude tienne, elle doit respecter certains critères. Et le premier, c’est qu’elle doit être simple et plaisante. Il faut quelque chose de rapide et sans effort, une lichée d’eau plutôt qu’un torrent.

Vous voulez vous mettre au sport ? Et vous partez de zéro ? 1h, c’est un torrent. Vous voulez vous mettre à la lecture et enfin faire diminuer cette pile de bouquins qui prend la poussière ? 30 pages, c’est un torrent. Méditer ? 30 minutes, c’est un torrent.

Lorsqu’un geste est ancré, il ne demande plus d’effort. Par exemple : mettre ses chaussures. Nous sommes d’accord pour dire que cela ne demande pas d’effort. Personne ne part de chez lui en chaussettes par flemme d’aller jusqu’à enfiler ses chaussures.

On vise donc la lichée d’eau pour démarrer. 1 page, 1 minute de méditation, 10 squats et 10 pompes… Très vite, cela ne vous demandera plus aucun effort, vous n’aurez plus besoin d’y penser : vous aurez automatisé le geste.

Vous récupérerez donc votre petite unité d’effort, que vous utiliserez pour une deuxième page, une deuxième minute de méditation, 10 squats de plus…

Puis 3 pages, 3 minutes, 30 squats et 30 pompes… Et à chaque fois, vous n’utiliserez qu’un tout petit effort puisque vous consolidez votre base à chaque fois avant de rajouter quoi que ce soit.

Au bout du compte, on arrive à une habitude aussi bien ancrée que mettre ses chaussures, stable, et conséquente même puis que l’on peut continuer comme ça jusqu’à 15 pages, 15 minutes de méditation, 30 minutes de sport…

L’élan, la clé de notre croissance d’habitude

Si cette méthode marche aussi bien, c’est grâce à un petit bug de notre cerveau. En effet, tout se passe comme si ce dernier ne faisait pas la différence entre l’accomplissement d’une tâche très simple et celui d’une tâche colossale.

Vider le lave-vaisselle ou déplacer des montagnes, pour lui, c’est la même chose ! Il coche la case sur sa to do list et en tire de la satisfaction.

Nous allons donc nous donner de l’élan avec de petites tâches inratables et se booster pour viser les plus beaux accomplissements ! Cette petite page par jour, cette petite minute de méditation, c’est un moyen infaillible de cocher la case « lecture » ou la case « méditation » et de se constituer un véritable stock de motivation.

On appelle ça la spirale du succès, et c’est un phénomène très bien décrit par Nick Winter, l’auteur de The Motivation Hacker, un excellent ouvrage sur la motivation malheureusement jamais traduit en Français.

Vous avez la recette !

1 – Convertir vos objectifs en petite habitude inratable à prendre au quotidien,
2 – La mettre à l’essai et s’assurer qu’elle est suffisamment simple et non-contraignante (n’hésitez pas à la simplifier davantage en cas de pépin)
3 – La renforcer petit à petit en réinvestissant votre petite unité d’effort dès que vous automatisez votre tâche quotidienne.

N’oubliez pas, ne sous-estimez pas la puissance de ces petites choses du quotidien. Ce sont elles qui donnent les plus grands résultats.

Prenez une personne sédentaire et en surpoids. Cette dernière signe une journée parfaite sur le plan nutritionnel, idem côté sportif, et se regarde dans le miroir le soir avant de se coucher. Rien n’a changé, et c’est bien normal. Mais nous sommes tous d’accord pour dire que si elle répète ça au quotidien, elle va droit vers une perte de poids considérable et les bénéfices santé d’une activité physique régulière.

Il lit 3 romans par mois sans s’en rendre compte !

Voici mon exemple préféré. On parle de roman à partir de 40 000 mots. A raison d’une moyenne établie dans le monde de l’édition de 250 mots par page, à 160 pages, on a notre roman.

A 15 pages par jours, on arrive à un roman tous les 11 jours environ.

Vous imaginez ? Sans fournir d’effort si c’est devenu une habitude, quasiment 3 romans par mois ?! Ça donne envie, non ?

N’hésitez pas à faire le plein d’infos côté motivation et sciences des habitudes avec mes 4 vidéos du challenge #STRONGYOGI sur Yogi Lab. Et en complément, vous avez l’épisode « comment se motiver lorsque l’on pratique seul.e » du podcast Une Vie De Yogi. Avec Tiphaine, nous partageons de nombreuses stratégies gagnantes pour passer à l’action et consolider nos bonnes pratiques.